Rechercher
  • Empreintes Sauvages, Le Refuge

C'est la journée mondiale des droits des animaux !



Aujourd'hui, le 10 décembre 2020, nous célébrons la journée internationale des droits des animaux.


Nous ne pouvions évidemment pas passer à coté de cette journée sans vous donner quelques explications.

Ce n'est pas un hasard si cette journée si particulière a été fixée le même jour que la journée mondiale des droits de l'homme, cette journée a pour but de promouvoir l'égalité de tous les êtres vivants, qu'ils soient humains ou non.



Un peu d'histoire


La première édition de la journée mondiale des animaux fut proposée le 24 Mars 1925 par Heinrich Zimmermann, écrivain Allemand et éditeur du magazine « Homme et Chien ».

Désireux de faire entendre ses idées, il parcourût le monde afin d'exporter ce concept dans d'autres pays.

La journée mondiale des animaux ne sera officiellement créée que durant le Congrès International pour la protection des animaux, organisé à Florence le 8 Mai 1931. Sa date est alors fixée au 4 Octobre.


Pourquoi le 4 Octobre ?


En cette date était célébré Saint-François-d’Assise, un religieux italien, vivant au 12ème siècle, surnommé alors le "Saint Patron des animaux".

Véritable précurseur de la cause animale, il considère que les animaux sont des créations de Dieu qui méritent d’être considérées au même rang que les Hommes.




Oui mais depuis ?


Depuis cette date le sujet du droit des animaux n'a eu de cesse d'évoluer, au fur et à mesure de la modernisation de notre société.



1850, un premier pas vers la protection

Le député et Général Jacques Delmas de Grammont, défendant la cause des animaux maltraités dans la rue et celle des chevaux de guerre, demande le vote une loi déclarant que "seront punis d'une amende de cinq à quinze francs, et pourront l'être d'un à cinq jours de prison, ceux qui auront exercé publiquement et abusivement des mauvais traitements envers les animaux domestiques".

La loi Grammont est la première loi de protection pénale envers les animaux. Elle sera ensuite élargie à d'autres animaux domestiques en 1959.



1963, introduction des délits de mauvais traitement et de cruauté au code pénal

Cette loi défini et puni pénalement l'acte de "délit d'acte de cruauté".

Seuls les animaux domestiques ou en captivités sont concernés.


1976, la loi L214-1 au code rural

Si ce nom ne vous est pas inconnu c'est normal. Cette loi proclamant que "tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce." inspira le nom de l'association de protection des animaux L214.


1999, la loi du 9 Janvier

Cette loi punit les sévices ou actes de cruauté effectués sur les animaux domestiques jusqu'à 2 ans de prison et 30000€ d'amende.

Ces mêmes sanctions seront appliqués pour les sévices sexuelles dès 2004.


2015, L'animal devient un être sensible

Jusque là considéré comme un bien meuble (comprenez par là que l'on considère alors que votre animal de compagnie a la même capacité émotionnelle d'un pied de chaise), l'article 515-14 du Code civil qui établit un grand pas dans la question de la protection animale, le considérant après des années de lutte comme un "être vivant doué de sensibilité".



Le Code Animal

Nous devons le premier juridique de l'animal à la Fondation 30 Millions d'amis et à un groupe d'experts en droit animalier.

Ce code réunit tous les différents textes de loi française.

Un outil de plus pour la protection de nos amis les animaux.



Fin "progressive" de la présence d'animaux sauvages dans les cirques itinérants.

Le 29 Septembre 2020, la ministre de la transition écologique et solidaire a annoncé la mise en place de nouvelles mesures concernant les animaux sauvages, que nous vous invitons à retrouver dans notre article https://www.empreintes-sauvages.fr/post/annonces-de-barbara-pompili-en-faveur-du-bien-%C3%AAtre-de-la-faune-sauvage-captive



Comment œuvrer pour le droit des animaux ?

Si la cause animale vous touche, sachez qu'il existe de nombreuses façons de participer à l'évolution du bien être animal, en voici quelques unes:


Soutenir une association

Adhérer à une association est déjà le 1er signe de soutien que vous puissiez faire. Il existe de nombreuses associations dédiées à la protection animale. Adhérer à l’une d’elles permet de crédibiliser son travail et de faire entendre la voix de ceux qui n’en ont pas, en particulier devant le gouvernement et les assemblées, afin de faire avancer la condition animale. Le coût de l’adhésion est souvent minime mais permet par exemple de financer des actions de sauvetage.




Faire un don spontané

Qu'il s'agisse de nourriture (croquettes / boites / friandises), de fournitures (bac à litière, panier, gamelle, bol, jouets, griffoirs, arbres à chat, etc), ou autres accessoires pour tout type d'animal, les associations ne refuseront jamais vos dons. N'hésitez pas à déposer chez eux vos anciens objets, anciennes couvertures, anciens coussins ou pulls pour les aider à créer des nids douillets pour nos amis animaux.




Etre bénévole, une journée ou plus

Etre bénévole ne vous engage pas à plein temps. Vous pouvez proposer de consacrer du temps aux animaux en étant promeneur de chiens pour la SPA par exemple, en aidant à préparer les repas, en aidant à nettoyer les box, mais aussi sur le plan administratif. De nombreuses associations restent à la recherche de personnes ayant des connaissances, qu'elle soient administratives, juridiques, commerciales, comptables, et tant d'autres !

Si vous souhaitez changer de paysage, nous vous invitons à vous tourner vers l'écovolontariat, et vous pourrez parcourir le monde proposer votre aide dans des sanctuaires venant en aide à vos animaux préférés. Qu'il s'agisse d'éléphants, de grands félins, de renards, de chevaux, ou autre, ces expériences diverses mais toujours riches en émotions sauront vous séduire. Stéphanie et moi avons testé nous ne pouvons que les recommander!


Adopter un animal dans un refuge

(pas le notre, vous n'aurez pas le droit)

De nombreux animaux remplissent toujours les refuges à travers la France mais aussi dans nos pays voisins. Adopter un animal n'est pas une décision à prendre à la légère et doit être un choix murement réfléchi, mais si vous souhaitez franchir le pas, de nombreuses structures seront ravies de vous présenter leurs pensionnaires pour qu'ils trouvent chez vous un foyer chaleureux et aimant.


Devenir famille d'accueil pour un animal en refuge

(toujours pas pour nos félins, désolées)

Adopter un animal n'est pas toujours chose facile, entre les frais, les vacances, et le rythme de chacun, il n'est pas toujours possible d'avoir un animal temps plein. En étant famille d'accueil, vous recueillez un animal chez vous, le temps que l'association qui vous l'a confié lui trouve une famille d'adoption.

Beaucoup moins stressant qu'un refuge, la famille d'accueil permet à l'animal de se familiariser avec l'humain (et d'autres animaux si vous en avez déjà), souvent commencer à guérir des ses traumatismes s'il en a eu, ou se remettre d'une opération. Cette solution temporaire est bien plus douce pour l'animal, qui trouve une famille aimante, prête à lui consacrer du temps et de l'attention avant de trouver son foyer définitif. Et qui sait, peut-être que vous finirez par ne plus vouloir le voir vous quitter.


Prendre soin de votre animal

Le bonheur de votre animal dépend bien évidement de vous. N'hésitez pas à prendre un moment privilégié chaque jour avec votre petit (ou gros) compagnon, pour des instant de jeux ou de tendresse.

Si votre animal montre des signes de stress ou d'ennui, n'hésitez pas à vous tourner vers des spécialistes tels qu'un vétérinaire, un comportementaliste, un éducateur, ou même un ostéopathe (oui oui). Souvent, vous retrouverez un compagnon épanoui en à peine quelque séances et votre compagnon vous remerciera ! :)


Prendre soin de l'environnement

Nous ne le dirons jamais assez, il est grand temps de diminuer notre impact sur l'environnement, car de la nature dépendent bon nombre d'espèces sauvages. Il existe aujourd'hui des solutions simples pour préserver leurs habitats, comme diminuer notre consommation d'eau, de viande, de produits contenant de l'huile de palme, trier nos emballages et utiliser des produits réutilisables etc. Les options du quotidien sont nombreuses, n'hésitez pas à vous renseigner sur ces petits gestes.


Enfin, lors de vos voyages, pensez aussi aux formules éco-responsables, de plus en plus nombreuses, et aux logements écologiques. Vous découvrirez une nouvelle façon de voyager, très riche, tout en préservant la biodiversité des pays traversés.




25 vues0 commentaire